Le journal de 1993 à 2006

Le journal de Celleneuve

de février 1993 à nos jours

N° 1 – Février 1993

 

Le présent tirage a été autofinancé par le Comité de quartier. Nous envisageons à l'avenir de faire appel à des fonds extérieurs (provenant notamment de la publicité).

 

Le mot du Président (page 2)

Depuis juin 1992 un nouveau Comité de Quartier a été élu. Sa composition vous est donnée par ailleurs dans ces colonnes.

Il y a quelques mois, il a exprimé le voeu de recréer un lien avec les habitants du quartier par l'intermédiaire d'un journal.

Excellente initiative qui, après une période de tâtonnements inhérente à toute mise en place de projet, prend corps avec sa formule initiale que nous vous proposons aujourd'hui.

Ce trait d'union, que nous envisageons d'éditer 3 fois par an, va permettre de vous faire connaître les réalisations, voeux, projets, etc... qui ont été ou seront réalisés.

Toutefois l'information ne doit pas être unilatérale. En matière d'animation par exemple, nous sommes ouverts à toutes les idées ou suggestions qui pourraient nous être proposées. Certains ont déjà parlé de soirées, bal, loto, section cyclotourisme ou pédestres...

Ces propositions, si elles se réalisent, ne pourront se faire que progressivement et cela avec l'appui de tous. Les uns peuvent apporter une idée, d'autres une participation plus effective. L'une et l'autre seront accueillies avec grand intérêt.

Ce journal est ouvert à tous aussi bien aux commerçants qu'aux artisans, aux historiens ou aux sportifs ; aux anciens ou aux nouveaux, aux retraités ou aux actifs. Une "boite aux idées" sera peut-être mise en place pour les recueillir. Vous en serez informés en temps utile.

Je termine donc en souhaitant que cette première édition soit bien accueillie dans les foyers. Elle comportera, c'est sûr, quelques lacunes ou imperfections. Nous essayerons de les corriger au fil des autres parutions. Avec votre aide nous devrions facilement y parvenir.

Je souhaite donc "bon vent" à notre Journal et, bien qu'elle soit sérieusement entamée, Bonne année à tous.

 

 

Editorial (page 2)

Pourquoi ce journal "Vivre à Celleneuve" ? parce qu'il nous est apparu à la suite de l'émission de "Télé Soleil" sur Celleneuve, et des micro-trottoirs effectués, les celleneuvois appréciaient ce charmant village dans la ville mais beaucoup n'étaient pas au courant de tout ce qu'il pouvaient y trouver. D'autres pensent qu'il n'y a pas assez d'osmose entre les anciens et les nouveaux celleneuvois. Qu'ils ne sont pas au courant de ce qui s'y passe. Quel est le devenir du quartier. Quels sont les projets. Par ailleur, des bénévoles sont prêts à participer, être animateurs ou animatrice pour certaines activités. Pour ce faire, n'hésitez pas à nous écrire ou à nous téléphoner. Nous sommes à votre service. Ce journal sera celui que vous voudrez qu'il soit.

- G. F. -

 

 

Osmose (page 2)

C'est vrai qu'il y a peu d'endroits à Montpellier où il est aussi agréable de résider. Cela est dû enpartie à l'historique de cette partie de la ville, qui existait deux siècles avant le centre-ville actuel, ainsi qu'à ses habitants qui ont créé une "âme Celleneuvoise".

Mais que serait tout cela sans les artisans et commerçants qui donnent une animation permanente et qui créent le fluide nécessaire à la vie de ce village ?

Ainsi l'A.A.C.C. qui représente presque tous les secteurs d'activité met tout en oeuvre pour que tous vos besoins puissent être satisfaits grâce à une bonne entente avec le Comité de Quartier qui nous permet de mettre en place une animation qui, je l'espère, vous séduira.

- Serge SAYN -

 

 

Comité de quartier : composition du bureau (page 3)

Président d'honneur Louis COMBETTES
Président Noël NOVOLI
Vice-présidents

Georges FERRASSE

Mireille HERBILLON

Secrétaire Marie-Andrée ROQUEFORT
Secrétaire-adjoint Pierre MANESSE
Trésorier René MARGER
Trésorier-adjoint Roger SERRE

 

 

Comité de quartier : Membres du comité (page 3)

Marie-Christine BESSON Lucette MOURGUES
Joseph CAMINAL Lucien PAVIA
Françoise CAMPILLO Jean POULIER
Elisabeth CAZENAVE Myriam FEFREGIER
Patrick DADOUN Joseph RUIZ
Claude FERRIER René SALAGER
Philippe GIMENEZ Serge SAYN
Lucienne JARIOD Sophie TRIPON
Irénée LHOPITAUT Elisabeth VITELLI
Jean-Luc MARGER  

 

 

Qu'est-ce qu'un comité de quartier ? (page 3)

Beaucoup nous ont demandé ce qu'est un COMITE DE QUARTIER. C'est avec grand plaisir que nous leur répondons :

C'est un organisme consultatif auprès de la mairie. Les buts sont la défense des intérêts du quartier et de ses habitants. Le comité de quartier organise certaines animations (bals, expo, lotos, etc...). Il cherche à implulser et à améliorer la vie quatidienne du quartier. Il est apolitique et ses membres sont bénévoles. Il tudie tous les problèmes concernant la vie du quartier et intervient auprès de la municipalité pour les faire aboutir au travers des commissions prévues à cet effet (ou par des démarches individuelles). Il essaie de faire naître et de développer une vie de quartier par une animation de loisires culturels et sportifs. Par ailleur, il essaiera de donner ou de redonner aux gens le plaisir de se retrouver ensemble. Par ce journal, nous fabriquerons ensemble une information propre au quartier ou chacun pourra s'exprimer, communiquer.

Nous ne voulons pas être le journal de quelques uns. Toute participation de votre part (physique ou intelecte) si minime soit-elle, permettra d'améliorer la vie dans Celleneuve.

Ecrire à : Comité de Quartier, Maison Pour Tous Marie Curie, 13 allée A. Chauliac 34080 MONTPELLIER

- G. F. -

 

 

Une mise au point nécessaire  : (page 3)

Encore de nos jours, de nombreuses personnes pensent que Celleneuve est une commune et il n'est pas rare de voir demander où se trouve la Mairie.

Aussi il n'est pas superflu de rappeler que ce « village » a dépendu de l'Abbaye d'Aniane jusqu'à la révolution et que c'est à cette époque que le rattachement à Montpellier s'est effectué.

A ce sujet, signalons l'erreur historique que l'on peut lire dans l'Histoire de Montpellier de 1984 :  « … La ville progresse vert l'Ouest le long de l'avenue de Lodève, absorbant Celleneuve, qui perd son autonomie communale ».

 

 

Compte-rendu du Comité de Quartier du 18-12-1992 (Page 4)

18 présents. Différentes questions ont été débattues.

1 - Compétences du Comité de quartier

Après un tour de table, le comité décide que, puisqu'il le, il gardela liberté de donner son avis dans tous les domaines, mais il décidera, au coup par coup, s'il doit le donner ou non. Etant entendu que les comités de quartier nont pas de compétence juridique ni de pouvoir de décision, ils ne sont que consultatifs.

2 - Commission "Montpellier au quotidien"

Il est envisagé de remettre des compteurs sur le parking situé route de Lodève entre la place Renaudel, la maison de la presse pour éviter les voitures "ventouses" de la journée. Le directeur de la police municipale nous informe que les épaves sont enlevées dans les deux mois à partir du jour ou on lui signale (Cela a été fait pour deux voitures immatriculées 34, reste une 73 dans la ZAC de la Fontaine). Certains résidents demandent une boite à lettres supplémentaire à poser près de la place Renaudel. Monsieur Novoli va écrire à monsieur Vezhinet en lui demandant si l'accroissement du nombre d'habitants dans notre quartier justifie cette demande (c'est la poste qui reste souveraine dans l'attribution des boites en rapport au nombre d'habitants).

Diverses affaires en cours avec cette commission Montpellier au quotidien :

  • Pose d'un robinetpour le parc enfants qui se trouve juste en face de la Maison Pour Tous Marie Curie
  • Enlèvement de gravas et encombrements divers
  • Pose de containers "Verres et papiers" près du Saint James pour desservir la zone du petit séminaire.

3 - Questions diverses

  • Le P.O.S. suite à une décision ministérielle il y a remaniement du Plan d'Occupation des Sols. Une réunion sera organisée fin janvier-début février avec la présence de responsables municipaux, à la MPT Marie Curie.
  • Il est probable que ceux d'entre vous qui votent à La Paillade, devront encore le faire en mars. Pour la suite nous espérons que cela sera corrigé.

 

 

Commentaires au sujet de la commission "Montpellier au quotidien" (Page 4)

Cette commission municipale se réunit une ou deux fois par mois. Elle existe depuis 1985. Cette commission se veut médiatrice entre les services municipaux et les habitants du quartier.

Elle apporte des solutions aux petits problèmes qui se posent dans le quartier : sécurité des habitants, éclairage à restaurer, restauration de barrières, de trottoirs, problème de circulation routière et de stationnement, épages, aménagement d'espaces verts, élagage d'arbres, déprédations...

N'hésitez pas à nous contacter ; notre comité assiste à toutes ces réunions et à bien d'autres. Nous avons satisfaction 7 fois sur 10 en moyenne.

 

 

Rumeurs et chuchotements (Page 4)

  • Nouvelles constructions rue Favre de Saint Castor. Permis de construire accordé. Il y a un recours effectué par différents Celleneuvois. Le projet serai revu à la baisse quant au nombre de logements.
  • Il est vaguement question d'un nouveau "centre commercial", avec quelques boutiques rue Zamenof, en face de la ZAC de la Fontaine et de la poste.
  • Dans l'immeuble qu'occupait la préfecture, pas des nouveaux locataires pour l'instant.
  • Concernant le futur tramway Montpellierain, il est question d'une gare ou d'un arrêt en face du bâtiment de la préfecture (ex).
  • Déviation de Juvignac : la R.N. 109, au printemps. Les automobilistes, avec trois mois d'avance, emprunteront cette rocade qui contourne Juvignac. Beaucoup moins de trafic dans Celleneuve, on l'espère...
  • Les petits commerçants de notre quartier, n'ont pas trop mal travaillé pour les fêtes de fin d'année. Pourvu que cela dure et que nous conservions ce qui fait un des charmes de notre quartier.
  • Début janvier, le comité de quartier a proposé à la mairie par l'intermédiaire de Mr Vézhinet, l'achat d'une remise et de son terrain attenant. Nous vous informerons de la suite des évènements.

 

 

Télé soleil (Page 4)

Suite à l'émission cablée citant Celleneuve, qui a été diffusée sur quatre jeudi en septembre ; une cassette spéciale a été réalisée. De l'avis de tous ceux qui l'ont visionnée, elle est intéressante. Notre quartier est parfois vu sous un angle nouveau. Le passage de cette cassette a déjà donné lieu à trois séances sur le petit écran de la M.P.T. Les gens qui sont intéressés, peuvent emprunter cette cassette au secrétariat de la Maison Pour Tous.

 

Celleneuve : déjà l'an 2000 (Page 5)

L'informatique au serice de la domotique, cette dernière au serice de la vie domestique.

Les Jardins du Séminaire, une résidence de 102 logements est une "Première Nationale". Inaugurée en septembre 1990, cette Résidence est équipée d'un chauffage individuel centralisé (C.I.C.), ce qui permet pour le chaufage et l'eau chaude sanitaire de bénéficier des avantages d'une isntallation collective à ceux d'une installation individuelle, associé au système domotique SYNFORIC ce qui permet la commande et le contrôle des fonctions et offre un moyen de mieux maîtriser les charges (régulation et programmation du chauffage, suivi des consommations).

par ailleurs ce système assure la sécurité des biens et des personnes, (alarme, anti intrus).

Aujourj'hui, de très nombreuses résidences en France ont suivi l'exemple des Jardins du séminaire à Celleneuve.

NOTA : Des architectes, des entrepreneurs, des techniciens d'EDF-GDF etc... sont venus de toute la France étudier cette réalisation Celleneuvoise.

 

 

Concerts de musique de chambre à la MPT (Page 5)

Nous avons la chance de vous confirmer les dates des prochains concerts de musique de chambre. A notre avis ces concerts de très grande valeur ne sont pas assez fréquentés par les Celleneuvois. Si vous ne les connaissez pas encore, venez, vous ne le regretterez pas. Beaucoup nous les envient.

  • Jeudi 25 vévrier 1993 à 21 heures : Concert violon - piano par Victor et Tatian DERNOVSKY.
  • Jeudi 25 mars 1993 à 21 heures : le trio ARSIS
  • Jeudi 22 avril 1993 à 21 heures : Récital piano-chant par Jordi TEIXIDO et Claude René TABACIK.

Par ailleurs la Maison Pour Tous Marie Curie a ouvert un cours de théâtre pour les enfants depuis janvier 1993.

 

 

Santé : Le Fluor au procès de Nuremberg (Page 6)

Le fluor est un corps dangereux dont la chimie a été une des plus difficiles à maitriser, et l'on peut avec raison penser qu'il peut agir intensément au niveau des structures cellulaires et même moléculaires. C'est ce qu'ont sans doute pensé les chimistes allemands avant guerre, lorsqu'il leur fut demandé par le gouvernement de Hitler de trouver un moyen discret d'abrutir les populations que le Reich envisageait d'asservir. Leurs recherches ont abouti au fluor et Staline, après le pacte German-soviétique, mis au courant des résultats de ces recherches, avait accepté avec enthousiasme. C'est pourquoi ce document, produit au procès de Nuremberg, n'a pu bénéficier de la publicité qui aurait dû lui être faite.

Le professeur Rapaport, de l'Ecole d'Anthropologie, au cours d'une enquête réalisée aux Etats-Unis, a constaté que les Etats soumis à la fluoration de seaux depuis plusieurs années, s'ils avaient vu la carie baisser de 30% ont, par contre, vu se multiplier les cas de mongolisme par 3 ou 4 (Revue d'anthropologie 1956-1957).

Quant à l'action du fluor sur les dents, il me parait équivoque de parler de carence. Le fluor modifie les cristaux constituant l'émail des dents, cristaux de hydroxyapatite, en fluoroapatite, plus stable et beaucoup moins soluble. Si l'on intervient avec des corsp actifs, capables de modifier le rythme du scénario biologique, on crée des défauts de structure qui rendent la dent vulnérable ensuite. J'ai, comme un certain nombre de confrères, examiné en 1949, à la fin des restrictions, quelques 500 enfants des écoles. Je n'ai trouvé qu'une seule bouche abimée, celle d'un enfant venu d'Afrique du Nord, qui n'avait pas subi des restrictions. Les autres ont pendant des années mangé du pain comolet (même mauvais), ont manqué de sucre, de viande, et n'ont abusé ni de fruits ni de matières grasses. Ce sont les vraies données du problème de la carie, un problème alimentaire. J'essaie de redonner à mes élèves et à mes confrères le goût de ces idées simples et essentielles.

- Texte de Jean BADER, chargé du cours de parodontologie à la faculté de Médecine de Toulouse -

N.B. : Bien entendu cet article ne saurait se substituer, en aucun cas, à l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien ; car le fluor a des qualités et est nécessaire pour traiter certaines maladies ou carences.

 

 

Statistiques Mairie – année 1993 (page 6)

  00 - 14 15 - 34 35 - 54 55 ou + Total
Agriculteurs exploitants
0
1
9
11
21
Indépendants
0
222
356
88
666
Cadres
0
168
337
87
591
Professions intermédiaires
0
741
1035
159
1935
Employés
0
1494
1455
230
3179
Ouvriers
0
1067
699
134
1900
Anciens agriculteurs exploitants
0
0
0
211
211
Anciens artisans, commerçants chef d'entreprise
0
0
2
125
128
Anciens cadres, prof
0
0
6
629
635
Anciens employés et ouvrier
0
0
6
1668
1674
Chômeurs n'ayant jamais travaillé
0
324
38
10
371
Inactifs divers
3869
2943
687
974
8473
 
3869
6960
4630
4325
19784

 

 

Concernant la population Montpelliéraine (Page 7)

Suite au recensement de 1990,

  • Le nombre de nouveaux arrivants est équilibré par celui des départs
  • 3 habitants sur 10 n'habitaient pas à Montpellier en 1982
  • Augmentation spectaculaire du nombre des petits ménages, multipliant les besoins en petits logements
  • La part des résidences secondaires à Montpellier n'a cessé de progresser depuis 1975 : de 1,6% des logements à 2,3% en 1982 à 4,5% en 1990
  • Après un très fort développement dans les années 60 (période pendant laquelle Montpellier avait presque doublé sa population) la démographie évolue maintenant à un rythme modéré (0,6%) sensiblement égal à celui de la France
  • L'évolution de la population du département de l'Hérault a été 2 fois plus rapide que celle de Montpellier de 1982 à 1990
  • Comparativement aux autres grandes villes de France, dont certaines ont vu leur population stagner ou même chuter, le développement même modéré de Montpellier démontre son attraction
  • L'activité de 1990 au point de vue logements neufs est ralentie par rapport aux années précédentes de 500 logements (commencés et autorisés). On retrouve le chiffre de l'exédent de stock observé dans le marché du logement neuf (6 mois environ) mais l'année 1992 se situe au niveau des années 1980.

 

 

Vols et cambriolages (Page 7)

Précautions à prendre, conduite à tenir.

  1. AVANT : -ne pas conserver de liquidités chez soi.
    -En vue des déclarations à la police et à l'assurance, prendre photos, conserver les factures, voire expertiser certains biens
  2. Relever le n° de chaque appareil (télé, scope, caméra etc... La police a un fichier numérique à l'échelon national qui permet d'identifier les propriétaires en cas de besoin)
  3. Soyez le moins possible cambriolable : fermez toutes les issues avant votre départ. Portes avec serrures de sécurité 3 points, systèmes de blocage des volets et des baies coulissantes
  4. Avertir les voisins que vous partez. Faire enlever votre courrier de votre boite à lettres
  5. Faire le renvoi de ligne chez un tiers (téléphone). Il esiste des appareils qui simulent une présence
  6. bien sûr, pour ceux qui en sont pourvus, brancher l'alarme
  7. voir si vous remplissez les conditions spécilaes de sécurité exigées par votre assurance
  8. APRES :
    • Ne rien toucher
    • Prévenir la police nationale : 17
    • Prévenir la police municipale 04.67.45.12.20
  9. VOLS DANS LA RUE:

    Il n'y a pas plus de délits de ce genre à Montpellier que dans les autres villes, mais, il vaut mieux prendre ses précautions. . .

    • Ne pas marcher près de la rue
    • Mettre votre sac côté mur
  10.  

 

Huis-Clos de Jean-Paul Sartre (Page 7)

les 18, 19 et 20 février 1993 - 21 heures - Maison Pour Tous Marie Curie

"Huis-Clos" peut être drôle. Nous l'espérons.

Nous vous attendons un de ces trois soirs.

Le prix d'entrée est fixé à 50 frans, et un tarif réduit à 30 francs.

L'ENFER, c'est les autres, mais surtout, c'est la solitude. . .

Venez !

- C. Besson -

 

 

Naissance de Cella Nova (Celleneuve) (page 8)

L'abbé ESPAGNAC, dans son ouvrage sur CELLENEUVE, nous fait part d'une inscription rédigée en latin sur une pierre de l'église et qui disait : « Notre très glorieux maître, l'Empereur Charlemagne, voulant consacrer le souvenir de la victoire remportée sur les Sarrasins le jour de l'exaltation de la Sainte Croix en ce lieu même et sur le territoire de Juvignac, fit construire cette église ».

Cette inscription laisse à penser et a laissé penser très longtemps que la naissance de Celleneuve serait consécutive à ladite victoire et à une Volonté Impériale.

Il semble pourtant que cette phrase latine ne reflète pas l'entière vérité.

En effet, dans le cartulaire d'Aniane, document officiel de l'époque, en date de juin 799, on peut lire ente autres le « Préciptum Karoli Mfagni de Cella Nova, … » dont voici quelques extraits :

« … qu'il soit bien connu que ce vénérable Benoit, abbé du Monastère d'Aniane, a apporté à vous ce que lui-même a fait , uni à ses moines ; ils ont édifié quelques lieux d'ermitage dans notre fisc de Juvignac appelé anciennement FONT AGRICOLA , et maintenant nouveau sanctuaire ; ils les ont construits par leur propre travail, etc… »

Ce serait donc Saint Benoit qui, au départ, aurait construit ce prieuré parmi tant d'autres ailleurs ; dans le cadre d'un plus grand rayonnement de la chrétienté. De ce prieuré sortira quelques siècles plus tard les fondements de l'église actuelle.

Qui était Saint Benoit d'Aniane (780-821) ? Le fils du Comte de Maguelonne et qui se prénomme « Witiza ». Elevé au palais royal et promis à un brillant avenir, il préféra entrer au couvent. Il fonda le monastère ‘Aniane, qu'il soumit à la règle Bénédictine.

D'après Alain Decaux et André Castelot, il fut un des principaux conseillers des premiers carolingiens.

- Louis Combettes -

N° 2 – Mai 1993

 

Le mot du Président (Page 1)

Déjà l'édition n° 2, que le temps passe vite ! Si l'on en juge par les témoignages verbaux ou écrits que nous avons reçus, la première semble avoir été appréciée par la plupart d'entre vous.

A l'occasion de cette parution, de nombreux celleneuvois nous ont contacté pour participer aux diverses activités que le Comité a l'intention de créer.

Quelques sections sont déjà en place : la marche, le bridge... D'autres viendront s'y ajouter au gré des demandeurs et des organisateurs. Ce sont surtout de ces derniers dont le Comité a besoin. Chaque section doit avoir un responsable, les participants venant faire nombre par la suite.

Le bal annuel a été une réussite et l'on ne peut que s'en réjouir. On vous en donne plus de détails par ailleurs, dans ce numéro.

Afin de rendre le journal encore plus attrayant, une page de jeux a été introduite. Pour commencer, nous y avons inclus un "Mots croisés" et quelques devinettes très simples. Vous saurez nous dire si nous devons continuer dans ce sens.

Après un an d'existence, l'assemblée générale du Comité de Quartier aura lieu en juin prochain. La date exacte sera communiquée par voie de presse. Il sera procédé, entre autres, au renouvellement ou élargissement du bureau.

Le prochain numéro paraîtra à la rentrée. Vous serez tous revenus de vacances et, pour certains, repris le collier.

le Comité de Quartier vous souhaite donc de passer un bon été, d'agréables vacances et vous donne rendez-vous en octobre.

 

 

Editorial (page 1)

What a surprise ! disent les Anglais ; nous ne nous attendions pas à un tel succès. Merci pour toutes vos réactions (lettres, téléphoniques ou autres). Tout ce que vous avez dit sera pris en considération. Nous essaierons de vous donner satisfaction.

Le premier numéro du Journal ayant eu pour objet principal le Comité de Quartier et la Population ; la Vie intellectuelle et artistique à Celleneuve est l'essentiel de celui-ci (par manque de place, tout ne sera pas dit, mais nous y reviendrons).

Un autre thème sera privilégié dans chacun des numéros suivants : 3ème âge, commerce, artisanat, l'éducation, les sports, les loisirs...

En ce deuxième journal, vous trouverez une plage de Jeux et Ris (Mots croisés et devinettes); dans le suivant, nous commencerons une galerie de Portraits de Celleneuvois qui vous surprendra.

Les autres rubriques seront pérennisées. Bonne lecture !

- G. Ferrasse -

 

 

Maison Pour Tous (Page 2)

Beaucoup d'entre vous nous ont demandé d'en savoir plus sur la Maison Pour Tous Marie Curie. Avec plaisir, nous leur répondons par une autre question : Que serait Celleneuve maintenant sans elle ?

En effet, c'est un centre d'activités, un lieu d'accueil et de rencontre, où chacun peut trouver les activités de son choix, dans les domaines les plus variés. Les responsables sont à l'écoute des demandes pour répondre aux besoins nouveaux.

Chaque Celleneuvois peut vraiment participer, de façon active, à une activité culturelle ou autre.

Quand vous entrez dans une "Maison Pour Tous", vous n'êtes pas un client, mais un adhérent, pour participer, avec d'autres, à la vie culturelle de la ville. La carte d'adhérent à la Fédération des MPT (50 francs par an pour les plus de 16 ans) permet la libre circulation d'une Maison à l'autre.

Une participation aux frais est demandée. Elle permet de rémunérer, en partie, l'enseignant ou l'animateur. L'aide de la ville est nécessaire pour financer le matériel et les frais généraux (et faie que la participation soit accessible au plus grand nombre).

Marie Curie est située dans le cadre typique de l'Esplanade de Celleneuve. Chaque personne est la bienvenue. La Directrice, Muriel Copeaux est, en outre, l'initiatrice et la réalisatrice des "Jeudi de Celleneuve" dont il est fait mention par ailleurs.

Les activités sont variées : Arts plastiques - Hata Yoga - Cours de langues italiennes, anglaise, française (pour les étarngers de multiples nationalités) - Arabe, bientôt Espagnole - Gymnastique - Ateliers pour les enfants - Centre de loisirs (éveil musical, modern Jazzz, cours de théâtre).

Vous trouverez à la MPT l'antenne Mairie et le Club du 3ème âge Vincent Scotto.

Le personnel étant sympathique, n'hésitez pas à aller prendre sur place le fascicule (très bien fait), puis participez. Cette maison est votre maison, il fait bon d'être à la Maison.

Heures d'ouverture :

du lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 14 h à 19 h.

le vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h 30.

- G. Ferrasse -

 

 

Cinéma d'Art et Essai (Page 2)

A Celleneuve, nous avons la chance d'avoir un cinéma d'Art et Essai "Le DIAGONAL" créé sur les cendres de l'ancien VOX, il y a dix ans.

Ce cinéma anti-conventionnel, loin des circuits habituels, nous gratifie des films en V.O. (sous-titrés). Nous sommes nombreux à fréquenter ce temple du Septième Art, sans film publicitaire.

Une carte d'abonnement, vendue 250 francs, permet de voir dix films (souvent les meilleurs).

L'équipe d'Antoine PERENIGUEZ qui possède aussi le Diagonal Campus, le Diagonal Paillade, ouvre ce printemps un autre cinéma en centre ville, à la place du cinéma REX.

Notre "Diagonal" avec son cinéma d'auteur, ses films difficiles aussi bien que grand public, attire non seulement la population locale, mais toutes les autres.

Cinq séances par jour, plus les séances spéciales réservées aux scolaires, il faut le faire. Ici, les clients ne sont jamais déçus, c'est le genre de ciné auquel on peut faire confiance.

Et puis, les films en version originale, c'est autre chose. Par ailleurs, si vous connaissez une langue étrangère, vous faites d'une pierre deux coups.

"DIAGONAL Le Magazine" n° 1 remplace "DIAGONAL cinémas" avec le programme des salles ainsi que les grilles haraires, des interviews, reportages, courrier des lecteurs, en un mot tout ce qui fait palpiter le coeur du cinéma en général.

Dans le triangle de la Place Renaudel, le Diagonal est le lieu géométrique où coummunient tous les cinéphiles.

Le Diagonal, comme une diagonale, joint les deux sommets de la cinématographie : l'ART et l'ESSAI.

- G. Ferrasse -

 

Bibliothèque "Simone de Beauvoir" (Page 2)

Située dans l'immeuble "Le Bénédictin", route de Lodève, à la sortie de Celleneuve en allant vers la Paillade, la bibliothèque "Simone de Beauvoir" est l'une des plus agréables parmi les huit bibliothèques de quartier mises en place par la ville de Montpellier, pur rendre le livre plus accessible à chacun de nous. Les huit bibliothèques réunies totalisent plus de 200.000 volumes. Il y a aussi les annexes et le Bibliobus.

A la Bibliothèque Municipale de Quartier SIMONE DE BEAUVOIR, il y a plus de 1.300 inscrits. Bien sûr, il y a les livres pour adultes ainsi que pour les enfants. Des classes entières sont reçues. Son activité déborde largement aux alentours : La Paillade, Juvignac, Murviel...

L'abonnement est gratuit pour les moins de 16 ans. Pour les étudiants et non imposables : 40 francs par an. Pour les Montpelliérains : 70 francs.

Bonne lecture à tous (livres de tous genres et revues...), dans ce lieu de Mémoires, ce rassemeblement d'archives souvent surprenant.

 

 

Théâtre (Page 3)

Les 18, 19 et 20 février 1993, le THEATRE du GYPAETE BARBU s'est produit à la MPT Marie Curie à Celleneuve. On peut dire que HUIS CLOS fut un succès complet puisque les spectateurs ont afflué et ils ont eu raison. Tous ont été satisfaits, ils avaient vécu un grand moment artistique.

J'appréhendais de revoir cette pièce que j'avais vue à sa création, à Paris, dans l'immédiat après guerre, avec des artistes aussi renommés à l'époque que François Périer. La mise en scène de Claude BESSON, l'interprétation de Astrid Cathala, Olivia Garres, Marc Pastor, Claude Besson m'ont fait décvouvrir une autre pièce. En effet, ces artistes ont, en quelque sorte, refait un autre chef d'oeuvre, à partir des mêmes mots. Chef d'oeuvre fugitif, hélas ! Mais c'est la loi du Théâtre.

A noter que Monsieur Claude Besson est Celleneuvois. Le public de ces représentations fut un public majoritaire jeune et cela laisse bien présager de l'avenir de notre pays.

Je ne suis pas d'accord sur la moralité de cette pièce, pour moi, sans les autres, c'est l'enfer.

- G. Ferrasse -

 

 

ATTENTION (Page 3)

Suite aux difficultés de stationnement et à la prolifération des papillons sur les pare-brise

STATIONNEMENT

L'article 37-1 du Code de la Route stipule : "Toute rue à double sens dont le stationnement n'est pas matérialisé au sol est Interdite au stationnement même s'il n'y a pas de panneau d'interdiction" ; ce qui est le cas dans de nombreuses rues.

 

 

Musique... harmonie à Celleneuve (Page 3)

Certains Celleneuvois souhaitent une "Musique" à Celleneuve. Aussi, nous faisons appel à tous ceux qui, dans le voisinage, possèdent un instrument à vent ou à cordes, à toute personne susceptible d'être responsable de l'encadrement.

Nous somes ouverts à toutes les formes de musique : Groupe de Jazz, Pena, Flamenco. . .

 

 

Compte rendu des Jeudis de Celleneuve (page 3)

Jeudi 21 janvier 1993 : Concert avec le Quintette de Cuivres de Montpellier. Ce fut un succès terrible. Les nouveaux "spectateurs-auditeurs" n'en revenaient pas. En sortant, ils se renseignaient sur la date du prochain JEUDI. Eh ! Oui, la Musique, avec un grand "M" comme Montpellier, c'est autre chose. Chaque JEUDI de Celleneuve amène son lot de surprises agréables, dans des genres différents.

Ce jour-là, les cinq solistes issus de l'orchestre Philharmonique de Montpellier étaient excellents en tout, déployant des talents rares, aussi bien dans le Jazz que dans la Musique classique ; tout cela, sans se prendre au sérieux. Ah ! la suite, sur Carmen de Bizet. . .

Vraiment de grands artistes.

- G. Ferrasse -

Jeudi 25 février 1995 : Concert violon-piano, avec Tatiana DERNOVSKY au piano et Victor DERNOVSKY au violon. Très sincèrement, je pense que ce dernier est l'égal des plus grands. Cette soeur et ce frère ont commencé leurs études musicales aux âges de 5 et 6 ans, leurs premiers concerts respectivement à 7 et 9 ans. Depuis, ils ont jué dans le monde entier (Japon, Etats-Unis, URSS et partout en Europe). Ils vivent en France, à Montpellier, depuis 1991. Il nous ont fait une très grande joie de jouer pour nous à la MPT Marie Curie à Celleneuve. Décidément les Jeudis de Celleneuve me surprendront toujours. Les Jeudis de mars et avril furent tous aussi éblouissants.

Il faut savoir vaincre les "a priori", Il n'est pas nécessaire de connaître la musique pouor apprécier la musique classique. Un humoriste a dit : "Tout le monde aime la musique, à part quelques musiciens".

Essayez, venez aux prochains Jeudis de Celleneuve.

 

 

Rumeurs et chuchotements (Page 4)

  • il y a 600 kilomètres de voirie à Montpellier et 1.200 kilomètres de trottoirs.
  • La Mairie est un peu lasse de l'engrenage infernal et systématique, en ce qui concerne les demandes concernant la circulation :

    Ceci pour le même endroit. Les automobilistes ne respectent absolument plus rien.

      1. Demande de panneau de vitesse limitée
      2. Trois mois après, demande de ralentisseur
      3. Six mois après, demande de feu clignotant
      4. Un an après, demande de feu rouge
  • Il se dit que les Policiers Municipaux mettent environ 100 contraventions par jour. A eux tous, il est arrivé d'en mettre 5.000 en une semaine.
  • La commission "Montpellier au Quotidien" n'est pas faite pour demander des travaux entraînant des investissements lourds.
  • Nous avons demandé une nouvelle boite aux lettres, vu l'augmentation du nombre d'habitants à Celleneuve. Il y a une réponse positive de la Mairie et des P. et T.
  • Projet de la rue Zamenhof : il serait question de remplacer les commerces par des bureaux
  • Immeuble Richard, rue Favre de Saint Castor : le projet a été révisé. Il y aura 4 étages au lieu de 5.
  • Attention, vols de chiens et de chats dans le quartier et quand on connaît ce à quoi les voleurs les destinent...
  • Il a été demandé à la Mairie un panneau d'affichage réservé pour le Comité de Quartier. Ceci, à fin d'y esposer toutes les informations nécessaires au quartier (rendez-vous des différentes sections : marche, jogging... ). Celui-ci à placer sur la place Renaudel ou en haut de l'Esplanade, près de l'avenue de Lodève.
  • le problème de la circulation très dangereuse entre l'avenue des Moulins et la rue Favre de Saint Castor, en passant par les propriétés privés du Jardin du Séminaire et du Saint-James, pourra peut-être résolu si tous les copropriétaires sont d'accord (la Mairie nous l'a écrit).
  • Un passage piétonnier sera fait au carrefour des rues Favre de Saint Castor, rue du Pilory, rue Zamenhof.

 

 

Scrabble (page 4)

Quelle ne fut pas notre surprise, à la suite de la parution de notre Journal n° 1, de nous voir demander une section Scrabble alors qu'aucune allusion n'y fut faite.

Nous l'envisageons donc pour la fin septembre, début octobre. Mais, dès maintenant, nous souhaitons que toutes les personnes intéressées se fassent connaître au Comité de Quartier. Cet appel s'adresse aux débutants et joueurs moyens.

Depuis 1981, on apprend que le Scrabble est devenu la distraction favorite des Français en vacances, devant les mots croisés, la belote, la pétanque et la pêche à la ligne. Nous voici désormais dans l'ère de l'Homo Scrabblens.

Le scrabble, d'origine américaine, a été lancé en France en 1966 par le Club Méditerranée.

"Le Scrabble, un jeu de lettres qui donne des lettres".

 

 

Section promenade (marche) (Page 5)

La 1ère marche du Comité de Quartier a eu lieu le samedi 6 mars après-midi, initiée par Monsieur Rodriguez. Par un soleil printanier, 16 personnes y prirent part. Le départ étant à 14 heures, le retour s'effectua comme prévu à 17 heures. Cette promenade, toute plate, dans la bonne humeur, se déroula nonchalamment le long des rives de la Mosson de La Paillade à Grabels (et retour).

Dans ce décor, enchanteur, tout le monde parla à tout le monde. Il n'y avait pas d'anciens ni de nouveaux Celleneuvois ; de nombreux projets s'ébauchèrent pour renouveler cet après-midi qui laissa dans les corps et dans les coeurs une grande satisfaction. C'est ce qui se lisait sur les visages à l'arrivée.

Code de conduite de la section Marche : Quand vous êtes dans la campagne, adoptez ces règles :

  • ne laissez rien derrière vous, excepté vos empreintes de pieds.
  • Ne prenez rien, excepté des photographies, du bon air, du soleil.
  • Ne tuez rien, excepté le temps.

Capitaines de route : MM. Rodriguez, Bou, Escande, Serre.

L'allure est réglée sur la personne la plus faible (nous ne laissons personne en route).

 

 

Quand Celleneuve voulait devenir commune (Page 5)

Celleneuve a dépendu de l'Abbaye d'Aniane jusqu'à la Révolution Française et c'est à cette époque que son rattachement à Montpellier s'est réalisé.

Pour la petite histoire, il est intéressant pour chacun de nous de savoir que ce village a souhaité, un jour, obtenir son indépendance vis-à-vis de la grande ville pour devenir commune et pourquoi.

Nous sommes vers les années 1830. Le climat existant entre Montpellier et Celleneuve n'est pas des meilleurs. Pour de multiples raisons, la ville souhaiterait se séparer de ce faubourg. Ainsi Montpellier trouvait « que ce village extra muros lui coûtait trop cher » et elle proposa à Juvignac de « reprendre ce territoire qui lui appartenait autrefois », mais Juvignac refusa.

Cruel dilemme, la ville veut se débarrasser de son village et Juvignac n'en veut pas.

Ainsi, le 14 mai 1847, les Celleneuvois adressent une pétition au Maire de Montpellier, en vue de former une commune. C'était une façon de mettre fin aux relations conflictuelles existantes et au rejet de la grande ville pour son village.

Le 24 juillet de la même année, pareille pétition est adressée au Préfet de l'Hérault. Puis les Celleneuvois se ravisent et la commission syndicale du village, en date du 30 juillet 1851, s'oppose au détachement de Montpellier, contrairement à la pétition de 1847.

Mais la ville a de la suite dans les idées. Une délibération d son conseil municipal, en date du 19 mars 1851, décide de se séparer de ce faubourg.

Le 11 août 1851, une réunion du Conseil d'arrondissement a lieu pour régler ce problème.

Monsieur Pomier Lagrargues va donner lecture de son rapport, sur la demande de la ville « tendant que la section de Celleneuve soit distraite de la commune de Montpellier pur former un chef-lieu de commune auquel serait annexé le village de Juvignac, qui cesserait d'être chef-lieu de commune ».

Mais le préfet, présent à cette réunion, bloque ces délibérations, car, dans le dossier présenté par la ville, il manque un document : la délibération du conseil municipal prise à cet effet.

Dans les motivations de la Commision syndicale de Celleneuve de juillet 1851, notons celle de Monsieur Heraud François Rock, 51 ans, hostile au détachement : « Cela entraînerait une augmentation des impôts déjà considérables. La pétition de 1847 ne peut être un argument, car, si c'était vrai qu'à cette époque nous étions délaissés par l'administration municipale, cet état d fait cessera aussitôt que la municipalité appréciera les besoins du faubourg » !...

Cette déclaration est signée par la majorité des notables et, par une croix, par les analphabètes très nombreux à cette époque.

Quant à Juvignac, Costes, propriétaire du mas de Biar « s'oppose à la réunion de Juvignac et Celleneuve, car la commune aurait beaucoup à souffrir de cette réunions ».

Léon Coulet, du mas de Fourques, Adolphe de Barbeyrac, du mas de Cannelle, Rouché du mas de Fontcaude, Jules de Mirman de Coupouyran… et Louis Daussargues, Maire, sont entièrement de l'avis de Costes.

La cause est entendu, Celleneuve veut rester rattaché à Montpellier, Juvignac ne veut pas fusionner, tout reste en l'état et notre village ne sera jamais « commune ».

 

- Louis Combettes –

 

 

Visite à la "Librairie de Celleneuve" (Page 7)

Située sur la place Renaudel, tenue par M. BONNIN, bien connu des Celleneuvois comme cinéphile - ne fut-il pas un des protagonistes du cinéma DIAGONAL- avec, comme associée Maryline ELIE, très "lettrée". Ce commerce est récent puisqu'il a commencé le 1er avril 1992.

Que de chemin parcouru rapidement, puisque cette boutique devient de plus en plus un Salon de rencontres où l'on vient parler en ami, même si l'on n'a rien à acheter. C'est en passe d'être le Boulevard Saint-Germain du quartier où tous les afficionados de la littérature se croisent. Ce n'est pas un Salon littéraire, mais...

C'est un fait que les hôtes de ces lieux aiment ce qu'ils font, d'où leur succès grandissant.

A ma question : les Celleneuvois lisent-ils ? La réponse spontanée fut : oui, je le pensais, mais je suis surpris agréablement par le nombre d'acheteurs et ce, malgré la crise. Ils lisent beaucoup de romans, quelques essais. En dehors de sprix littéraires comme le Goncourt, le Fémina, l'Interallié, les clients achètent beaucoup les livres recommandés par certains journaux, la télévision, la radio. D'autres viennent périodiquement consulter les nouveautés du Livre de Poche et se procurent les titres qu'ils n'ont pas encore.

Il est très compliqué d'avoir un stock de livres, car il s'édite (ou se réédite) 760 nouveaux titres par semaine. Il est à noter que sont en progression les livres pour la Jeunesse, les guides pratiques et culinaires, les livres de poche.

Il se dit, dans ce milieu, que le prothopillage est un péril pour la profession. M. Bonnin n'est pas d'accord, tout au moins en ce qui les concerne ; la photocopie ne servant que pour des livres anciens non réédités.

- Je vois des revues littéraires peu courantes, avez-vous beaucoup de clients pour celles-ci?

- Oui, je compte développer ce département, en particulier pour les revues amateurs ou semi-professionnelles. Nous avons commencé à fiare des séances de dédicaces et souhaitons amplifier ce mouvement, pour mettre en relation les auteurs et les lecteurs, sans compter projet plus spectaculaire.

Dans notre autre activité, des auterus viennent photocopier ou imprimer leurs oeuvres, leurs mémoires, d'autres des livres pour enfants.

En résumé, cela marche. Pas de regrets concernant mon ancienne activité cinématographique.

Aux Etats-Unis les livres ne font pas partie de la Culture, et il n'y a pas d'émissions les concernant. Il en est tout autrement en Europe. Nous avons un passé prodigieux et prestigieux. Les libraires ne sont pas considérés comme des commerçants comme les autres. Ils distribuent non seulement le Savoir mais la mémoire de notre histoire et des civilisations qui nous ont précédées.

D'ailleurs il y a une législation spéciale les concernants : le livre neuf ne peut être vendu avec rabais.

Ne soyez donc pas surpris ou choqué de l'article de ce journal concernant la Librairie de Celleneuve ; ces lignes ne sont pas publicitaires, ni au premier degré ni au second.

Malgré la télévision et les autres médias le taux des lecteurs réguliers - ceux qui lisent au moins un livre par mois - se maintient u peu au dessus de 30 %. Les femmes lisent plus que les hommes 35%. Une écolière sur deux est lectrice contre un écolier sur trois. Toujours d'après l'INSEE, en 1989 chaque ménage a investi 445 francs pour son poste de télévision mais 752 francs pur ses livres (sans compter les manuels scolaires) et 1331 francs pour les journaux et magazines.

- G. Ferrasse -

 

 

Hommage (Page 7)

Fin mars, nous avons appris le décès de M. Antoine VILLARET des suites d'une longue maladie.

Avec M. Combettes, il a été l'un des membres fondateurs du comité de quartier.

Connu pour son extrême gentillesse, ses obsèques ont attiré une foule nombreuse dans l'église de Celleneuve trop petite en la circonstance.

Nous adressons à son épouse et sa famille nos condoléances émues et l'assurance de toute notre sympathie.

- Le comité de quartier -

 

Bonne nouvelle... (Page 8)

Encore une bonne nouvelle pour le quartier !

En effet, nous osmmes en pleine négociation pour la création d'un marché en plein air qui se tiendra sur l'Esplanade de Celleneuve tous les vendredis après-midi.

Depuis longtemps les anciens et les nouveaux Celleneuvois souhaitaient un lieu réel de rencontre. Quoi de plus convivial qu'un marché ! Quoi de plus gai !

Nous espérons que vous apporterez votre soutien à ce projet comme vous l'apportez aux commerçants et artisans traditionnels ; ainsi vous contribuerez à conserver cette ambiance de village qui règne dans ce coin de Montpellier.

Nous tenons à saluer :

  • l'arrivée de la nouvelle boulangerie "Banette" rue Marcellin Albert, tenue par M. Thierry PONS.
  • la réouverture de "L'Express" par Mme Sylvie VARO.
  • et nous informons du changement de propriétaire du Bar Brasserie "Le Déclic" tenue actuellement par M. et Mme Yves Nadal, précédemment installé au bar "Au Lepic", nous les saluons également.

Bien entendu, je reste à votre disposition pour toutes vos suggestions concernant l'amélioration du secteur commercial.

- Serge SAYN - A.A.C.C. -

 

N° 3 – Novembre 1993

 

Le mot du président (Page 1)

Finies les vacances. Chacun a repris ses activités et les enfants leurs études. Le temps passe tellement vite que l'on pense déjà aux prochaines.

Depuis sa création, en juin 92, ce nouveau comité de quartier a pris son "rytme de croisière".

La défense des intérêts du quartier reste sa priorité. Beaucoup de choses ont été réalisées, d'autres et non des moindres sont en projet.

A ce sujet, une entrevue avec Monsieur le Maire, fin juillet, nous a permis de faire le point sur les besoins du quartier et les réalisations futures.

Nous veillerons à ce que tous les plans enprojet ne restent pas des projets en plan.

Malgré celà, nous noublions pas l'animation : bal annuel, galette des rois, fête de la Saint-Jean, etc...

A chaque parution, nous faisons appel aux bonnes volontés, non seulement pour le bureau, mais aussi pour animer les sections déjà créées ou sur le point de l'être.

Le groupe des marcheurs est, à cet égard, un exemple à suivre puisqu'il comprend environ 20 à 25 participants, répartis selon leurs obligations professionnelles ou autres, entre 2 jours de sortie qui sont le mardi et le samedi, l'après-midi.

En espérant que la 3ème édition du journal vous donnera satisfaction, nous sommes ouverts à toutes vos suggestions.

Bonne fin d'année à tous.

 

 

Editorial (Page 1)

La presse des quartiers, la presse des villages représente un chiffre de tirage très important : plus de 10 millions d'exemplaires.

Tous réseaux confondus les seuls journaux paroissiaux en diffuseraient près de 5 millions.

La presse nationale, grand public, avec ses 80 titres et ses 5 millions de tirage entraîne la machine.

Plus modestement, et bénévolement, en ce qui nous concerne, nous tirons à 4.000 exemplaires, les réactions nous sont favorales et nous incitent à continuer. Nous savons très bien qu'il y aura un effort de foramtion et de qualité à effectuer.

Notre comité de quartier veut non seulement être le gardien du passé, mais contribuer à la transformation du présent et aussi dessiner l'avenir plus ou moins lointain.

Ce journal souhaite être son reflet (avec toutes les contradictions inhérentes à la nature humaine). D'où dans ce numéro, des nouvelles rubriques ; d'autres à venir comme : les boules et les boulistes.

Les photographies qui "émaillent" ces pages sont des vues du nouveau Celleneuve. Chacun "se les reconnaîtra".

Allons gaiement vers l'automne, sans nostalgie.

- G. Ferrasse -

 

 

Histoire de la place Renaudel (Page 3)

La place Renaudel, en bordure de la route de Lodève, a toujours été et reste toujours un centre de rencontre privilégié pour les habitants de ce quartier. C'est un endroit très fréquenté où s'échangent, dans un climat de franche convivialité, potins et informations de tout ordre.

Il n'est donc pas inutile de rappeler brièvement l'histoire de cette place pour ceux que la connaissance du passé ne laisse pas indifférents !

Tout d'abord, nous savons d'une façon sûre qu'en 1677 le cimetière du village n'était autre que l'actuelle place Renaudel.

En mai 1808, les Celleneuvois adressent au Maire de Montpellier, une pétition faisant ressortir «  que ce lieu d'inhumation est entouré d'habitations, qu'il est insuffisant, surtout depuis que l'on a réuni le territoire de Juvignac à Celleneuve, pour les besoins de la cause, etc, etc ….  ».

En conséquence le 18 juin 1809, un décret de Napoléon 1 er autorise le maire de Montpellier à acheter un terrain de 7 ares pour l'établissement d'un nouveau cimetière.

Le 18 février 1829, le conseil municipal «  considère que la cession de ce terrain serait susceptible d'affliger les habitants du village qui ne peuvent encore avoir perdu le souvenir du précieux dépôt qu'il renferme ».

Près de 3 ans après cette délibération ce sont les Celleneuvois qui, le 26 octobre 1831, demandent que ce terrain devienne place publique. Cela coûterait 400 francs. Certains conseillers municipaux ne sont pas d'accord car «  Celleneuve ne contribue presque pas aux dépenses muicipales  ». Le maire sans combattre ces observations estime qu'il est de son devoir de «  venir au secours de la classe pauvre et souffrante du faubourg  ».

Et en 1832 l'emplacement de l'ancien cimetière devient place publique. En 1880 est implantée la fontaine encore existante de nos jours.

Le maire de l'époque avait refusé, en particulier, de céder ce terrain au sieur Rigaud, marchand drapier de Montpellier. Il pensait que plus tard, cet espace serait indispensable pur faciliter la communication entre le grand chemin (route de Lodève) et l'intérieur du village.

Puis en 1905 le conseil municipal fait élever sur cette place un réservoir d'une hauteur de 7 mètres pour alimenter en eau la population du faubourg. Ce réservoir était alimenté à partir de deux points d'eau. Celui de la fontaine, près de la vieille église, et celui de la place Renaudel.

Au début de ce siècle, chaque semaine venait s'y installer un raccommodeur de parapluie, de faïence et de porcelaine, un étameur pour étamer couverts et casseroles, un marchand de glaces. Le Crédit Agricole actuel était alors le Café du commerce, et le magasin de photos le Café de France où, tous les dimanches après-midi, avait lieu un bal public dans une de ses salles.

Puis, petit à petit, après la Seconde Guerre mondiale, la tradition disparut et cette place fut envahie d'une façon anarchique par le stationnement automobile autour d'une statue dont personne ne voulait (une fausse Ecate).

En 1984, les Celleneuvois demandèrent au maire de Montpellier de rajeunir ce lieu et de le rendre aux piétons.

Ce souhait fut pris en considération et donna lieu à l'élaboration de l'agréable et esthétique place actuelle qui fut inaugurée en 1987 pour la plus grande joie des Celleneuvois.

 

-  Louis Combettes –

 

 

Le vin de Celleneuve (Page 4)

C'est un vin de consommation courante, car vin de plaine. La cave coopérative ne date que de 1938. Avant tout le monde à Celleneuve était récoltant avec ses caves, ses foudres…

Il y avait environ 150 à 200 petits récoltants avec leurs fouloirs et qui faisaient face à leur consommation personnelle.

Tous n'avaient pas de pressoirs (15 environ en possédaient) ; ces derniers pressaient pour l'ensemble moyennant finances. D'autres se faisaient payer en travail : main-d'œuvre gratuite pour aider aux vendanges. Il y avait aussi beaucoup d'échanges de matériel, de moyens de charroi. Le va-et-vient pittoresque des chevaux, mulets et ânes dans les rues de Celleneuve en faisait un vrai village de vignerons.

Les pauvres gens allaient travailler dans les vignes : à la Paillade, au Château d'Eau, au Mas d'Alco, etc…

J'ai toujours entendu dire qu'il y avait une civilisation de la vigne et que dans toutes les régions où il y avait cette dernière, les habitants avaient un supplément d'humanité.

Depuis la fusion avec la cave coopérative de Saint-Georges-d'Orques (il y a une quinzaine d'années) le vin de Celleneuve bénéficie un peu de l'antériorité et de la notoriété la plus forte en Languedoc. En effet, touts les auteurs mentionnent les productions de Saint-Georges-d'Orques depuis le Moyen-Age. Sans omettre la cuvée du président Tomas Jefferson qui recommandait la consommation de ce vin, car il est le meilleur moyen de lutter contre l'alcoolisme. Et il a réussi dans l'Etat dont il était l'élu à diminuer la consommation d'alcool depuis qu'il y avait introduit les vins de Saint-Georges.

L'aire de production de Saint-Georges se situe sur Celleneuve (maintenant un tout petit peu), Murviel, Juvignac, Lavérune et Pignan. La cuvée du président Thomas Jefferson est toujours commercialisée en France et toujours exportée aux Etats-Unis.

Les vins de Saint-Georges et de Murviel-les-Montpellier ont conservé, grâce au cinsault, une solide réputation à travers les siècles. Maintenant il y a beaucoup de nouveaux cépages.

 

 

Le dernier viticulteur de Celleneuve (Page 4)

Oui, il y a encore un viticulteur à Celleneuve et c'est M. Daniel Cussac, 50 ans, célibataire. Enfant de viticulteurs et celleneuvois depuis toujours.

A l'âge de 14 ans, ses parents ne voulurent pas qu'il fut viticulteur, car le métier était dur. Il y avait déjà un certain marasme depuis la guerre et ils prévoyaient que cela n'irait pas en s'arrangeant. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils avaient un certain don pour prévoir l'avenir.

Il apprit la menuiserie, mais à son retour du service militaire, son amour de la vigne étant plus fort que tout, il travailla la vigne. Au prix d'un travail achartné, il a eu une certaine réussite, mais maintenant ce n'est plus possible de continuer ; la grande ville est là, proche, toute proche, qui avale tout.

Les vignes sont arrachées ou abandonnées, il est le dernier à s'en occuper pour le compte de certains propriétaires ; mais il a été obligé de penser à sa reconversion car les choses vont vite.

Comme sa seconde passion était le cheval, il a maintenant un élevage pas très loin ; toujours dans la région montpelliéraine, la seule région de France qu'il aime.

Il est, me dit-il, impulsif et travailleur, son principal défaut étant de ne pas écouter les autres, de ne pas les laisser parler. La qualité qu'i apprécie le plus chez un homme est la "droiture". Ce qu'il déteste le plus est la bassesse, l'absence de dignité, de fierté, le rapport avec certains hommes. Il reconnâit ne pas être très tolérant.

Comme je lui demandais le don de la nature qu'il aurait aimé avoir : la musique, j'aurais aimé être musicien, je n'aime que la musique classique, en particulier J.S. Bach.

Son héros dans la fiction : d'Artagnan.

Il n'a plus envie de lire, après avoir lu beaucoup.

A la fin de notre entretien, il me déclara qu'il aurait souhaité que l'on parle plus de Celleneuve, de son passé historique, de ce qu'il est devenu, un peu moins village, mais quand même autre chose que beaucoup de quartiers. Celleneuve avec son histoire avec un grand H.

M. Daniel Cussac, modeste, pudique ; j'ai eu vraiment l'impression de renconter "quelqu'un" avec beaucoup de plaisir et d'admiration.

 

 

Prévoir l'avenir de Celleneuve (Page 4)

Plusieurs Celleneuvois s'inquiètent de l'avenir, quant au devenir de notre quartier, cela est bien compréhensible. Il manque pas mal de choses en équipement public pour le mettre à parité avec certains autres quartiers ou d'autres villes à population équivalente.

Ayant la chance d'avoir entre nous et La Paillade des terrains pratiquement en friches (vignes non entretenues, etc...) qui devienne de plus en plus les dépotoirs (épaves de voitures abandonnées, gravats) il serait souhaitable que la municipalité prenne des réserves foncières pour des équipemets socio-culturels et sportifs. Avec la surface restante, il pourrait être réalisé un confortable et agréable poumon vert.

La crise économique actuelle ne durera pas toujours, il faut faire rentrer Celleneuve dans le Montpellier du 21ème siècle. Compte tenu de ce qui a été réalisé à Montpellier depuis 10 ans, cela ne paraît pas démesuré. Pour mémoire, la population de Celleneuve actuelle est d'environ 20.000 habitants.

Toutes ces doléances ont été exposées au premier magistrat de notre ville le 22 juillet 1993 par un délégation de notre comité de quartier. Elles ont été accueillies favorablement.

Les réalisations, bien sûr, s'étendront sur plusieurs années.

- G. Ferrasse -

 

 

Celleneuves d'honneur en Montpellier (Page 5)

Au tableau d'honneur de ce journal n° 3, deux personnes qui ont fait connaître et apprécier Celleneuve dans la France entière et plusieurs pays francophones, d'une part, en Allemagne à Heidelberg d'autre part :

  • Mme Muriel Copeaux, directrice de la MPT Marie Curie, citée dans un très bon article sur Montpellier dans l'hebdomadaire "Télérama" du 5 au 11 juin 1993 dont l'activité fut rès appréciée par les journalistes de ce magazine de haut de gamme ; entre autres par les jeudis de Celleneuve. Nombreuses félicitations pour sa politique culturelle conviviale.
  • M. Louis Combettes, bien connu, qui a présenté Celleneuve à nos frères jumeaux allemands d'Heildelberg avec ses phtographies et ses conférences (voir article séparé à ce sujet).

Celleneuves d'honneur "Jardins et balcons fleuris" organisé par la ville de Montpellier.

Primé pour la catégorie "Balcons" : Mme Chetelat (Celleneuve)

Primé pour la catégorie "Jardins" : Mme Masclau (Celleneuve)

 

 

Celleneuves d'honneur des sportifs (Page 5)

Olivier Salvador, champion d'Europe 93. C.A.M. Celleneuve.

Patric Vignal, directeur du C.A.M. : Montpellier Judo-Celleneuve se situant actuellement dans les 3 premiers clubs français.

Fitness équipe du C.A.M. Celleneuve : 5e au championnat de France.

Le club judo a sept cent licenciés (dont Jean-Luc Rougé, champion olympique). Par ailleurs, formation importante auprès des écoles.

 

Extrait du P.O.S (Plan d'Occupation des Sols) (Page 6)

En 1990, 3 habitants sur 10 n'habitaient pas à Montpellier en 1982.

Le taux moyen d'occupation des logements à Montpellier est passé de 2638 personnes par logement en 1975 à 2,144 personnes par logement en 1990.

Pourquoi orienter majoritairement la production de logements sur l'est du territoire communal ?

Pour recentrer géographiquement l'urbanisation de la ville, terrains situés entre 0,5 Kms et 2 Kms du centre ville alors que la couronne des zones NA du nord et de l'ouest de la commune se trouvent entre 3 et 5 Kms du centre ville.

Parce que de grandes disponibilités foncières existent.

Parce que ce secteur est à la fois bien desservi et proche de la mer.

Enfin la préservation d'une couronne verte entre la ville et son agglomération doit s'appuyer sur un grand projet pour la sauvegarde et la mise en valeur du Lez vert.

Un gymnase est prévu à Celleneuve.

Extension de l'école supérieure de commerce, nouveau bâtiment caserne gendarmerie.

Projet d'un poumon vert au nord ouest de Montpellier entre La Paillade, Les Cévennes et le château d'O.

Ce projet de POS n'est pas définitif, vos avis et suggestions peuvent le faire évoluer.

 

 

Evolution de la population de Celleneuve (Page 6)

1640
300
1830
450
1859
1000
1906
1405
1946
1600
1993
20000

 

 

Montpellier au quotidien (Page 6)

Extrait d'activités du comité de quartier et résultats positifs obtenus au travers de Montpellier au quotidien...

  • Eclairage du boulodrome
  • Pose d'un "Stop" rue Causse, à son débouché sur la rue de la piscine
  • Aménagement de la rue des Avelaniers : extrait de la lettre du maire en date du 21 juin 1993 : "il est vrai que les trottoirs, mais également la chaussé, sont étroits. Néanmoins la voirie est elle-même en très bon état. Dès lors je mets à l'étude un réaménagement de cette voie interquartier mais il sera, à priori, difficile de faire quelque chose de satisfaisant dans l'immédiat. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant des résultats de cette étude"
  • Protection carré de jeux du square Azéma (pollution par les chiens) le sable a été retiré et remplacé par une aire en "écorce de pins"
  • Installation d'un panneau "Stop" rue Mère Vacquier
  • Rue Lenôtre : trottoirs. L'achèvement des trottoirs le long des bâtiments existants s'effectuera fin 1993. Par contre, l'achèvement des trottoirs sur les autres sections s'effectuera fin 1994
  • Containers verres et papiers : ont été mis en place en différents endroits du quartier. D'autres demandes sont en cours d'examen.
  • Implantation d'une cabine téléphonique rue Lenôtre/avenue de Lodève.

 

 

Théâtre à Celleneuve (Page 7)

La Compagnie du Chien, comédien, metteur en scène Julien G., fut créée en août 1990. Non subventionnée, elle a pour ambition de faire du théâtre de tous genres (poétique, d'idées, dramatique, humoristique).

Julien G. agit par coup de coeur pour choisir ses spectacles avec toujours des textes de grande qualité.

Il revendique sa culture méditerranéenne et a un passé artistique que beaucoup envierait.

La Compagnie s'est produite en juillet et août dans la région et sera prochainement au théâtre Iséion.

Vous pouvez demander adhésion comme membre bienfaiteur pour la saison 93-94. Chèque à adresser à l'ordre de la Compagnie du Chien, 19 bis, rue Breton, 34080 Montpellier. (Ces dons ouvrent droit à déduction d'impôt et à d'autres avantages).

La prochaine création sera "Colloque Sentimental", une histoire d'amour d'après l'oeuvre de P. Verlaine. Femme et omme n'ayant pas la même sensibilité, la même perception des choses...

Celleneuve est vraiment favorisé, c'est la seconde compagnie théâtrale dont nous vous entretenons (après celle du Gypaete Barbu dirigé par notr ami Claude Besson, qui a actuellement beaucoup de projets).

N° 4 – Mai 1995

 

Le mot du président (Page 1)

Des difficultés de tous ordres nous ont empêchés d'éditer un journal dans les délais prévus.

C'est donc avec beaucoup de retard que nous vous donnons, par ce petit journal de 4 pages, les nouvelles du quartier.

Nous sommes certains que les habitants de Celleneuve sauront nous pardonner ; nous sommes même persuadés qu'ils nous aideront, par leurs remarques, leurs suggestions, leur participation aux diverses activités et festivités à rendre notre quartier plus vivant, plus agréable à vivre encore.

C'est fou ce qu'on peut réaliser lorsque tout le monde y met de la bonne volonté !

 

 

Composition du bureau du Comité de Quartier (Page 1)

Président d'honneur Louis COMBETTES
Président René MARGER
Vice-Président Mireille HERBILLON
Secrétaire M-Andrée ROQUEFORT
Secrétaire-Adjoint Lucette MOURGUES
Trésorier Pierrette LAMAURY
Trésorier-Adjoint Roger SERRE

 

 

Celleneuve Marche (Page 2)

Créé il y a environ 3 ans, le club compte une trentaine de personnes de tous âges.

Les sorties ont lieu les mardis et samedis ; départ à 14 h de l'Esplanade. Chaque dernier samedi du mois, la sortie se fait sur la journée. Départà 9 h 15 environ. L'ambiance y est particulièrement bonne et chaleureuse.

Les personnes désireuses de participer à cette animation doivent se référer aux dates et lieu indiqués ci-dessus. Ils seront les bienvenus.

Responsable : Roger SERRE.

 

 

SCRABBLE (Page 2)

Le mardi, entre 16 et 18 heures, les scrabbleurs se retrouvent à la Maison Pour Tous Marie Curie pour jouer, sans prétention, sans trop se prendre au sérieux... pendant deux heures bien agréables !

 

 

La CRAM (Page 2)

Depuis le début, le Comité de Quartier a suivi avec intérêt l'évolution de ce problème. Toutefois, il signale les désagréments qu'apporte ce "squatt" au quartier et en particulier aux riverains (musique tardive...).

Le Comité continuera à interroger les autorités à ce sujet jusqu'à ce qu'une solution définitive soit trouvée.

 

Entretien avec Monsieur Alfred ARNAUD - Celleneuvois et historien de Celleneuve (Page 3)

On m'avait dit : voyez Monsieur Alfred ARNAUD, il vous apprendra des choses sur Celleneuve. Il a une documentation grande comme ça !

J'ai rencontré Monsieur Arnaud et je suis rendu compte que sa renommée n'était pas surfaite. En effet, ses recherches se sont étalées sur une dizaine d'années. Il a passé des journées entières aux Archives Départementales et Municipales. Entre autres, il a compulsé tous les Procès Verbaux de délibérations municipales depuis 1790. Cela représente une montagne de documents sur Celleneuve, son histoire, son environnement, ses habitants, ses us et coutumes. Il a bien voulu me confier une grande partie de ses dossiers ; je compte vous faire profiter de cette manne dans « VIVRE à CELLENEUVE » pendant plusieurs années !

Monsieur Arnaud, âgé de 84 ans est Celleneuvois depuis 1914, ses grands parents maternels depuis toujours. Il a été Directeur du Collège des Ecossais établissement pour enfants inadaptés ; Monsieur Arnaud s'y est dépensé sans compter. Par ailleurs, il avait ses vignes, comme pratiquement tous les Celleneuvois. Il a d'ailleurs été Président de la Cave Coopérative.

J'ai interrogé Monsieur Arnaud sur les « Fêtes à Celleneuve ».

Il se rappelle que pendant la guerre de 14-18 (il avait alors 5 ans) il a passé sa première enfance au milieu des femmes qui pleuraient. Il a fallu que les deuils de la guerre s'estompent avant que les fêtes reprennent c'est-à-dire vers 1920.

Il y avait le CARNAVAL, qui durait 3 jours, la FETE sur la place Henri IV qui a l'époque s'appelait « Le Plan » ; on peut encore voir 2 crochets qui maintenaient la bâche pour couvrir le bal.

Il y avait aussi la MI-CAREME, avec un bal au Café du Progrès.

Le samedi et le dimanche on dansait au son d'un orchestre : clarinette, cornet à piston et basse. Plus tard, ce fut un piano mécanique. On dansait la polka, la mazurka, la scotich et la valse. Enfin, vers 1923-1924 il y a eu les « danses modernes » : fox-trot, marche, java… les mamans surveillaient toujours leur progéniture !

Bien sûr, on fêtait le 14 juillet (subvention de la mairie) avec bal, fusées, pétards, « cannes à bombes » engin rudimentaire qui comprenait un bâton avec à son extrémité un prisme contenant une matière explosive.

Et la FETE VOTIVE : le dernier dimanche d'août ; elle durait 5 jours ! Pendant deux jours, dans l'après-midi, on faisait « la promenade » en couples, de la Place Henri IV jusqu'à La Croix, drapeaux en tête, et on remontait. Les Jeunes Gens étaient en habit, les Demoiselles en robe de soie !

(à suivre)

 

Françoise MULET, sculpteur, 3 place Henri IV (Page 4)

Françoise Mulet a travaillé avec différents sculpteurs, modeleurs, céramistes et pratiquement fait de la sculpture dès son plus jeune âge (avec un couteau et des morceaux de bois...). enfin, elle s'est installée à Celleneuve.

Tout en continuant à créer ses oeuvres personnelles, elle donne actuellement la priorité à son école pour enfants et adultes de tous âges. Son exposition à Celleneuve a été un grand succès.

Elle est montpelliéraine de souche (son arrière grand tante fut à la base de la naissance du Café Riche, place de la Comédie).

C'est actuellement un des rares sculpteurs réalistes, avec une solide expérience acquise auprès des plus grands artistes, tant en France qu'outre Atlantique.

Chez elle, tout exprime la vie sans souci excessif de stylisation. Le jeu des mouvements dans ses sculptures est parfois poussé à l'extrême pour mettre en valeur l'enchaînement des volumes et les lignes de tension. J'ai admiré une partie de sa production ; elle est le signe indéniable d'une belle santé créatrice, intellectuelle.

Elle a des commandes de particuliers, administrations, chantiers navals...

Dans son atelier, ouvert à tous, elle reçoit beaucoup de visites : des personnes de tous âges, de toutes formations, qui osent à peine entrer, mais, ce premier pas effectué... ressortent souvent "ELEVES". Il faut dire que la sculpture est accessible à tous, même à ceux et celles qui ne savent pas dessiner. Françoise Mulet a la formation et toutes les qualités pédagogiques requises pour vous faire devenir un créateur ou une créatrice, et cela dan une ambiance extrêmement conviviale.

- G. F. -

N° 5 – Automne 1995

 

Editorial (Page 1)

Monsieur Ferrasse, rédacteur du journal, ayant démissionné (ce que nous regrettons), le Conseil d'Administration a constitué une nouvelle équipe de six personnes représentatives de la diversification de notre quartier. Trois membres habitent "le village" et trois membres résident dans "le nouveau Celleneuve".

Dynamisme (quatre collaborateurs de moins de 40 ans), inforamtion, lien et communication entre tous les Celleneuvois, tels sont les objectifs de cette nouvelle équipe.

Ce journal étant votre journal, il est ouvert à toutes vos idées, vos informations et vos suggestions. Petit par son nouveau format (permettant de le distinguer des nombreuses pubs envahissant nos boîtes aux lettes), nous aimerions qu'il devienne de plus en plus grand par son contenu grâce à votre participation.

Bon vent à Votre journal.

Tous nos voeux de convalescence à notre Président René MARGER.

 

 

Un Comité de Quartier (Page 1)

Une équipe apolitique, laïque de personnes bénévoles voulant privilégier la communication entre tous les Celleneuvois anciens et nouveaux, voulant inciter toute initiative pour le mieux être de tous, organisant des animations gratuites ou financièrement accessibles au plus grand nombre. Grâce à ses délégués auprès de la Commission "Montpellier au Quotidien", il est l'intermédiaire entre les résidents et la Mairie pour trouver des solutions à tous les petits problèmes quatidiens signalés par les Celleneuvois... par exemple éclairages, trottoirs, signalisation etc, etc...

 

 

Comment nous voyons le joural (Page 3)

Nous avons réfléchi ensemble, toute l'équipe du journal, et nous voulons faire un journal ouvert à ses lecteurs.

Pour cela nous parlerons dans nos colonnes des animations réalisées ou futures, des activités réalisées ou futures du Comité de Quartier. Mais nous voulons aussi que prennent place les activités culturelles, sportives et associatives. Aussi nous avons pensé créer pour tous un Bottin regroupant les associations, les crèches, ... les adresses à connaître sur Celleneuve.

Nous voulons aussi favoriser des échanges entre et avec d'autres quartiers. Nous avons une boîte à lettres Place Renaudel et avons décidé de vous ouvrir une rubrique "Les lecteurs vou parlent...". Vous trouverez également des "Brèves" qui vous parleront des faits divers et vous donneront en vrac quelques informations.

Enfin nous avons décidé de développer un thème par journal, pour ce numéro : le SEL, et pour les prochains nous avons choisis trois thèmes : la Pétanque, le Sport à Celleneuve, Léo Mallet et Nestor Burma sur lesquels nous vous demandons plus particulièrement de nous faire parvenir vos articles, vos réflexions, vos documents, vos photos...

A très bientôt.

 

 

Celleneuve et Heidelberg (Page 3)

Monsieur COMBETTES a fait le voyage, cela s'est passé, fin juin, à Heidelberg dans les locaux de la Maison de Montpellier, avec l'appui de documents, plans et photos concernant Celleneuve.

Contrairement à ce que l'on aurait pu croire il y a eu beaucoup de monde. Une cinquantaine de personnes étaient présentes à l'inauguration et de très nombreuses questions furent posées à la fin de l'exposé, montrant tout l'intérêt que le public portait à ce qui venait d'être dit sur ce quartier "pas tout à fait comme les autres".

Les questions principales eurent trait à la phagocytose de Celleneuve par Montpellier, la disparition de la viticulture Celleneuvoise et l'équipement de ce quartier durant la dernière décennie. Toute l'histoire de Celleneuve fut éqoquée : pourquoi la création en 787 de CELLA NOVA pr Benoît d'Aniane avec la bénédiction de Charlemagne. N'est ce pas déjà un lien entre Bade-Wurtemberg et la Septimanie ? et puis le fondateur de Celleneuve n'est-il pas enterré au nord de Heidelberg à Aix la Chapelle exactement...

Fut évoqué aussi la spécificité de Celleneuve, en premier lieu d'avoir été séparé de la grande ville de plusieurs km jusqu'au alentours de 1960. D'avoir vécu presque jusqu'à nos jours comme un village, avec ses coutumes, ses traditions, sa chanson, son cimetière, ses viticulteurs.

Vu le succès indéniable de cette rencontre, il serait souhaitable qu'un jumelage puisse se réaliser entre Celleneuve et un quartier de Heidelberg ayant des caractéristiques approchantes, sous l'égide de la municipalité de Montpellier.

 

 

Entretien avec Monsieur Alfred ARNAUD - Celleneuvois et historien de Celleneuve (Page 4)

Il y avait beaucoup de petites épiceries (5 dans le vieux Celleneuve). Beaucoup de personnes élevaient des lapins, de la volaille et allaient « faire de l'herbe » dans la campagne immédiate. Il n'y avait pas beaucoup de jardins, mais deux propriétaires vendaient leurs légumes. Les épiciers allaient en ville, sur leur âne, pour se ravitailler. Les femmes faisaient la lessive pour les gens de la ville, et allaient chercher « en ville » le linge sale et le ramenaient par ce même moyen de locomotion.

Il y a eu un four communal pour cuire le pain (derrière l'église actuelle) jusqu'à la Révolution ; après il y a eu des boulangers. Cette maison abritait à la fois le Four et l'école. Un boulanger livrait son pain jusqu'à Murviel-les-Montpellier. La population buvait son vin et presque toutes les maisons avaient un puits (il en existe encore beaucoup). Pendant 1000 ans Celleneuve n'a eu qu'un seul point d'eau pour l'approvisionnement public. Ce point s'appelait « La Fontainette » et se situait près de la Cave Coopérative actuelle). Le 2 ème point d'eau, sur la place Renaudel, est relativement récent. Monsieur Arnaud était un pêcheur, au début de la Mosson qui regorgeait de poissons puis après il passait ses vacances en famille, en Camargue. Par la suite il a eu son bateau et péchait les loups.

-  Propos recueillis par G. F. – 

Monsieur Arnaud est décédé courant l'été 1995

 

La Maison pour Tous (Page 5)

La Maison Pour Tous Marie Curie, située au coeur de Celleneuve est idéalement placée sur l'Esplanade. Un espace qu'elle partage avec les joueurs de boules et les jeux d'enfants, en fait un lieu de vie dynamique et convivial.

La MPT Marie Curie est un lieu où vous trouverez :

  • des activités de loisires pour enfants et adultes
  • un service administratif
  • un lieu culturel

Les activités pour adultes :

  • cours de langues anglaise, arabe, française et italienne
  • cours de gymnastique douce et gymnastique d'entretien
  • cours d'arts plastiques

Les activités pour enfants :

  • cours d'éveil musical
  • cours de danse contemporaine
  • cours de théâtre
  • un Centre de Loisirs Sans Hébergement (CLSH) pour enfants de 6 à 16 ans (ouvert de 8 à 18 heures).

Le service administratif de proximité :

  • Une annexe de la Mairie vous facilite les démarches et vous évite les déplacements en centre ville.

Un lieu culturel :

  • le 9 novmebre 1995 : le "Trio de Musique Classique
  • le 14 décembre 1995 : les "Sonorités, lueurs et senteurs de Noël"
  • le 20 décembre 1995 : le spectacle de théâtre pour enfants.

En projet :

  • ouverture d'un Centre de Loisirs Maternel
  • organisation de séjours pour enfants pendant les vacances d'hiver, pâques et été 1996.

 

Pour tous renseignements complémentaires, s'adresser au secrétariat de la MPT Marie Curie, du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 19h.

Bienvenue au nouveau Directeur M. RATTO.

 

Activités diverses (Page 6)

  • Club de marche (parrainé par le Comité de Quartier) : Les dates sont affichées au panneau Place Renaudel
  • Club de Scrabble : le mardi de 16 h à 18 h à la MPT Marie Curie, animé par Madelaine SALAGER
  • Club de Tarot : ouverture le lundi 4 décembre, tous les lundis de 15 h à 18 h à la MPT Marie Curie.

 

 

Le logo de Celleneuve (Page 7)

Pourquoi un logo ?

Créer un logo, c'est créer une "image" représentative du quartier de Celleneuve, une image profonde, pertinente, durable qu'on retient. C'est un moyen d'identifier un quartier par rapport à un autre. Cette identité visuelle doit s'inspirer de l'histoire du quartier, des activités spécifiques représentatives ou de sa philosophie générale.

Qui participe ?

Toute la population de Celleneuve, désireuse de participer à un concours d'idées. Sont sollicités, les écoles (primaires ou secondaires), les habitants, commerçants, jeunes ou moins jeunes, tous ceux qui veulent s'amuser, dessiner, imaginer sur le thème de leur quartier.

Quand ?

Concours ouvet à partir de la parution de ce journal et rendu des dessins pour le 15 janvier 1996 dernier délai.

Programme ?

Le principe est de réaliser un dessin sur format A4 (21 * 29,7) à l'horizontale. Ce dessin sera certainement réduit. Les outils graphiques seront : le crayon de papier, crayon de couleur, gouache, aquarelle, peinture acrylique, peinture à l'huile ou pastels.

Le jury ?

le jury sera composé des membres du comité de quartier, professeurs de dessin d'école, de commerçants, d'un artiste local.

L'affichage ?

Les gagants au concours seront connus lors de l'inauguration de l'exposition "Celleneuve d'hier et d'aujourd'hui" le 1er février 1996, avec une remise des prix aux 5 prmiers meilleurs dessins.

Ces dessins seront exposés dans 5 lieux différents de Celleneuve (ex : Banque, commerces, maison pour tous, etc...)

Les prix ?

La confection des lots des gagnants pourraient être réalisée par le don d'une petite participation financière ou matérielle des commerçants.

Publicité en sera faite.

Application du logo ?

Sous la forme d'autocollant, affiches, papier à entête, journal.

 

Dessins à déposer Papeterie Celleneuve, 3 Place Renaudel.

 

 

L'idée de notre journal n° 5 (Page 8)

S.E.L. ??? Comme grains de sel, comme Système d'Echanges Locaux. Son but : une entraide sous forme de Troc (où toute notion d'argent est exclue) accessible à tous et pour tous (contact et lien entre tous).

Exemples :

  • Heures de garde d'enfant, de soutien scolaire contre heures de ménage, bricolage, jardinage...
  • Initiation à l'informatique contre initiation à une langue
  • Echange recettes de ma région, mon pays contre recette de votre région, votre pays
  • Garde de vos enfants une soirée pour vous permettre de sortir contre le même service
  • etc, etc...

Que pensez-vous de cette idée ?

Vos suggestions ?

Vos offres et vos demandes ?

Si ce Système d'Echanges Locaux voit le jour (ce que nous espérons), seriez-vous prêt ou prête à vous investir dans la réalisation et son organisation ?

Vos réponses à adresser à Equipe du journal Boîte aux lettres Place Renaudel à côté du Diagonal.

N° 6 – Automne 1996

 

 

Le mot du président (Page 1)

La sortie de l'édition d'automne de notre journal ne s'est pas faite sans mal. Toutefois, elle n'a été réalisable qu'avec l'aide financière de trois des organismes bancaires du quartier que nous avons sollicités. Nous leur réservons d'ailleurs une place dans le journal. Il s'agit de : la CIC Sté Bordelaise, le Crédit Agricole, la Caisse d'épargne ; qu'ils en soient,ici , chaleureusement remerciés.

Les vacances sont terminées depuis quelques semaines et les actifs ont repris le collier. Nous leur souhaitons bon courage. Pour les autres et les retraités en particulier qu'ils pensent surtout à se détendre et à se distraire. La vie est courte et il faut en profiter.

Un clin d'oeil à René Marger, ancien président du Comité que la maladie a contraint à stopper ses activités. Courage et prompt rétablissement, René.

En principe notre journal paraîtra 2 fois par an, à l'automne et au printemps. Au fil des sorties, vos critiques bonnes ou mauvaises doivent nous permettre de l'améliorer.

Bonne santé à tous.

- Noël Novoli -

 

 

Repas de quartier (Page 2)

80 personnes se sont retrouvées ce vendredi soir dans l'agréable parc Azéma pour le repas de quartier. Après l'apéritif offert par le Comité de quartier de Celleneuve (organisateur de cette soirée), les provisions sont déballées et spontanément le partage se fait : "goûte ma pizza, dis-moi comment tu trouves mon paté. . . ".

Les responsables de ces repas de quartier ont l'intention d'en déplacer le lieu chaque année pour multiplier les occasions de rencontres entre les habitants de Celleneuve... mais il est toujours difficile de faire sortir les gens de leurs habitudes, de leur coquille! 80 personnes qui se rencontrent, ce n'est déjà pas mal et incite à persévérer. Cette année le temps était beau ; il faut dire que notre présient a beaucoup d'influence auprès de la météo, il a donc réussi à faire déplacer au 1er juin l'orage annoncé pour ce 31 mai !!!

 

 

Exposition (Page 3)

C'est avec l'exposition "Celleneuve d'hier et d'aujourd'hui" que nous avons commencé les activités de l'année 1996.

Celleneuve d'hier et d'aujourd'hui : sous ce titre se cache notre désir d'ouvrir, à travers différents modes d'expression, un genre de grand album-souvenir d'une part, et celui d'avoir une vue d'ensemble de ce qu'est Celleneuve actuellement.

Au long de ces quatre jours d'exposition, nous avons été heureux d'entendre les anciens Celleneuvois dire en regardant les photos, les cartes, les différents objets : "Tu te rappelles...", "Là c'est mon père qui danse avec ma mère, ils étaient fiancés...", "ma grand-mère portait une capeline comme celle-ci..." Une petite fille a écrit sur le livre d'or : "J'ai vu ma grand-mère petite fille à l'école !".

Aux nouveaux Celleneuvois nous avons voulu dire : voyez ce qu'était ce village que vous avez adopté et qui vous a adoptés ! Les peintres professionnels ou amateurs, chacun à leur manière, ont su "voir" et "nous faire voir" Celleneuve.

Les enfants ont été nombreux à nous faire découvrir Celleneuve avec leur jeune regard. Au concours trois ont été primés :

  • Camille Bertin, de l'école de peinture Marc Lambert.
  • Lise N'Diaye, de la MPT Marie Curie.
  • Inès de Longueval, de l'école de peinture Marc Lambert.

Madame Fontaine, outre des peintures très délicates sur Celleneuve, a composé des dessins pour la une de notre journal.

Des expositions. . . nous en organiserons d'autres. . . juste le temps de souffler un peu !

- Françoise Marger -

 

 

TEMOIGNAGES : A Celleneuve, il y fait bon vivre (Page 4)

Marcel Baljou, mon père était né en 1902 à Celleneuve. Antoine Masclau, le grand-père de mon époux né en 1874 était le jardinier du château de Bionne. Ceci confirme que notre famille est implantée dans le quartier depuis très longtemps.

J'aime mon quartier, il m'est agréable de faire un petit retour en arrière. Lorsque, famille et voisins regroupés, nous sortions vers minuit du théâtre, il n'y avait évidemment plus de tramway pour revenir chez nous, nous rentrions à pied ; les 4 kilomètres n'étaient pas un problème, nous chantions tous les aires entendus ce soir-là.

A pied aussi, lorsque nous revenions d'une journée passée à Palavas, pour nous y rendre nous avions pris le petit train immortalisé par Dubout.

En 1938-39, je ne me souviens que de deux familles qui avaient une voiture, il ne devait pas y en avoir beaucoup plus.

Le quartier a beaucoup grandi, les constructions ont amené de nouveaux Celleneuvois et de nombreux commerces, on se rencontre, on lie connaissance, c'est agréable.

Les dames âgées ne restent plus seules des après-midi entiers derrière leurs fenêtres à tricoter comme par le passé, elles se retrouvent au foyer du 3 ème âge, elles jouent aux cartes ou au loto. Et la Maison Pour Tous est une réalisation formidable (gym, yoga, scrabble… et j'en passe).

Comme par le passé il fait toujours bon vivre à Celleneuve

- Magdeleine Salager (Celleneuve) -

 

TEMOIGNAGES : Celleneuve, les charmes d'un village (Page 5)

En venant dans le Midi de la France, je cherchais le soleil, j'avais besoin de croiser dans la rue des passants souriants, il me fallait aussi des distractions culturelles. Montpellier m'offrait tout cela.

Un peu seule dans la vie, je m'installais à Celleneuve à la Résidence pour personnes âgées « Le clos de la Fontaine ». Oui je suis heureuse de mon choix, la Résidence répond à mes souhaits et j'ai le plaisir de pouvoir aller facilement au « village ».

A un âge certain, le sourire du pharmacien, de la boulangère, du marchand de journaux, de tous les commerçants que je fréquente, éclaire ma vie.

Celleneuve a gardé cette atmosphère familiale que l'on ne trouve plus dans les grandes villes.

- Madame Jacqueline (Celleneuve) -

 

TEMOIGNAGES : Celleneuve, quartier de blanchisseurs ? (Page 5)

En 1903, un annuaire professionnel signale à la rubrique « Blanchisseurs de linge » pour la ville de Montpellier, 25 artisans dont 22 pour le quartier de Celleneuve.

Pourquoi une telle concentration de cette profession dans ce quartier ?

Liste des blanchisseurs : Arnaud, Azema, Barnaud, Bonniol, Bousquet, Carrié, Carrière, Chassefière, Durand, Fezoul (L), Fezoul (P), Fournier, Guiral, Hortolan, Icard, Loyrette, Malzieu, Margi, Masclau, Olivet, Vidal.

Les Celleneuvois pourront peut-être apporter une réponse à cette singularité.

- Claude Bloudon (Sussargues) -

 

 

Celleneuve - Marche (Page 6)

Le club de marche de Celleneuve est né le samedi 6 mars 1993 sous le parrainage du comité de quartier. La première sortie groupait 16 personnes. Qui aurait pu penser alors que notre club allait avoir une vie durable !